2 entreprises
d’Auvergne-Rhône-Alpes

 en pleine croissance

Il était une fois le « Prisme »

→ Démarrer modestement, c’est possible !

Créée en 2017, la société PRISMO est entièrement financée par ses fondateurs, qui investissent alors tout ce qu’ils peuvent, sans réelle anticipation. Très vite, ils se trouvent confrontés à un premier problème : en tant qu’entreprise avec un faible capital de départ, PRISMO ne peut bénéficier des premières subventions French Tech, celles-ci étant indexées sur les fonds propres de l’entreprise.

Les 3 premiers trimestres de l’année 2018, PRISMO s’installe dans une pépinière d’entreprise à Annecy. Un tournant décisif puisque, par ce biais, l’entreprise se fait remarquer par le réseau Initiative Grand Annecy.

Après avoir été encouragés à déposer un dossier, les fondateurs de PRISMO obtiennent un prêt d’honneur qui leur permet de financer le prototypage de la solution. Et l’accompagnement ne s’arrête pas là : pendant 12 mois, ils vont bénéficier des conseils de « parrains » sur divers sujets essentiels (stratégie commerciale, corporate et financière, développement de produit, gestion RH, relations professionnelles…). Cet accompagnement leur permet de passer du stade de la « bonne idée » à celui de dirigeant d’entreprise.

La love money...

En août 2018, l’entreprise effectue sa levée de fonds de love money (fonds émanant de leur entourage) pour financer le lancement de l’appli web au grand public et le POC (proof of concept). Ils parviennent ainsi à constituer une holding de 18 personnes. Au-delà de l’aide financière réelle, cette action leur permet de pallier leur manque de fonds propres, tout en limitant les contraintes que peuvent représenter l’entrée au capital de gros actionnaires. Forts de ces nouveaux financements, les fondateurs peuvent passer à l’étape suivante : débloquer les subventions Bpifrance.

Créé en 2017


10 salariés


Plus de 20 000 utilisateurs

Tout l’enjeu autour de la love money, c’est la pédagogie financière, il ne faut rien laisser miroiter à ses proches. Je l’expliquerais presque comme un don, même si c’est un investissement au capital. Il était tellement tôt, que l’on ne pouvait pas apporter assez de garantie. Il faut être vraiment clair sur ce sujet. On avait des tickets d’entrée à 1 500 euros.

Thomas Bonnefoy
Président et cofondateur

PRISMO est une startup et se distingue donc par son modèle de financement particulier.

Cette étape se dessine après la première augmentation de capital, qui correspond généralement à la réception des premières aides à la création ou à la première levée de fonds. Il s’agit d’une période tout aussi délicate : la société a trouvé son oasis et rêve d’eldorado, mais va-t-elle trouver les ressources pour réussir à satisfaire la demande ? C’est un moment crucial pour toute entreprise qui vient d’obtenir des fonds sur la promesse d’une rentabilité qu’elle n’a pas encore atteinte. Malheureusement, beaucoup de startups n’y parviennent jamais. Les causes sont souvent similaires : des fondateurs à la limite du burnout (ou déjà en burnout !), des indicateurs de départ trop ambitieux ou mal adaptés… Ce qui est généralement source de tension au sein de l’équipe – qui finit souvent par voler en éclat.

Créé en 2015


16 salariés


300 clients avec un CA qui dépasse le million


Un MRR (monthly recurring revenue) qui bondit de 41 % sur les deux premiers mois de l’année 2020

Ce n’est pas un scoop : la confiance ne se crée pas en un jour, et donc certainement pas le jour de votre pitch. Commencez à construire votre réseau dès l’amont de votre projet d’entreprise. C’est en général plus simple de débuter dans sa région. Stéphane Couleaud est arrivé à Annecy en 2012. Ne connaissant personne, il rejoint des réunions de business angels où il discute avec des banquiers d’affaires découverts sur LinkedIn, des salariés de Bpifrance… 

En 6 mois, alors qu’il n’avait pas encore de projet défini, ces actions de networking lui ont grandement facilité la tâche lorsqu’il a eu besoin d’activer ce réseau, 3 ans plus tard.

Par ailleurs, les financements ont permis à Webmecanik de pouvoir rapidement constituer une équipe de 10 personnes. Alors que son chiffre d’affaires ne permettait pas l’embauche, ce « trio gagnant » a permis d’atteindre une situation financière rentable dès la troisième année d’activité – un bilan fidèle aux prévisions de ses créateurs. Cerise sur le gâteau : le seuil de rentabilité coïncidait parfaitement avec le début des remboursements bancaires. Résultat : l’entreprise n’a pas eu à s’endetter.

La croissance d’une entreprise peut être semée d'embûches, vous souhaitez les éviter ?

Source : growth-experts

Il était une fois PRISMO, une société qui met le capital humain au cœur du pilotage de l’organisation. Son métier : permettre aux entreprises comme aux salariés de mieux se connaître et mieux se comprendre, au travers de son Prisme : un outil digital pour valoriser sa personnalité, ses compétences, ses centres d'intérêt, son parcours professionnel et ses souhaits d'évolution. PRISMO a, depuis son amorçage en 2019, vu le nombre de ses utilisateurs augmenter de 150 % pour dépasser les 20 000.

PRISMO

Suivez la courbe de croissance d’une jeune pousse

... puis les business angels !

Un an plus tard, après une période de prospection tous azimuts, PRISMO passe à la vitesse supérieure en levant 200 000 € en capital (notamment auprès du groupe Mare Nostrum) et 200 000 € en dette. Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : une nouvelle levée de fonds est prévue dans les 6 prochains mois. Pour ses fondateurs, l’enjeu est de trouver le moyen de garder une composante R&D forte afin de conserver sa valeur ajoutée. Autre enjeu de taille : développer les indicateurs qui permettront de doper la rentabilité.

Thomas Bonnefoy
Président et cofondateur

Je me suis fait accompagner par des dispositifs Bpifrance et de la région, grâce à qui j’ai pu avoir des 1:1 avec des chargés de mission financière. J’ai pu faire des crash test en pitch pour affiner le discours et le storytelling. J’avais du mal à vulgariser ce qu’on faisait et expliquer où on voulait aller.

De Charybde en Scylla

→ Des paliers parfois difficiles à franchir

La deuxième année s’apparente à une traversée du désert...

La deuxième année, qui correspond pour PRISMO à celle du prototypage et du POC, est pour eux une « traversée du désert ». Les fondateurs redoublent d’efforts pour de maigres résultats… Ça vous parle, peut-être ? Cette période ingrate est forte en espoirs et, malheureusement aussi, en déceptions.

« Vous croyez pouvoir sortir de l’eau la troisième année ? Une fois la traversée du désert accomplie, préparez-vous à la Vallée de la mort des startups », avertissent les fondateurs de PRISMO.

Le conseil de PRISMO pour passer à travers ces périodes difficiles...

Durant cette période délicate, il faut gérer le budget limité dont vous disposez d’une main de maître. En clair : dépensez vos fonds de manière stratégique afin de ne pas vous retrouver à court de cash avant d’avoir atteint votre seuil de rentabilité. C’est seulement en gardant la maîtrise de vos investissements que vous parviendrez à mobiliser les fonds nécessaires à l’accélération de votre croissance.

Le K Webmecanik

Un montage financier efficace

Pour Webmecanik, pas de doute : toute recherche de financement se prépare en amont. Devoir chercher des fonds quand on en a besoin urgemment est loin d’être la configuration idéale. Dans l’urgence, il est souvent plus difficile de prendre des décisions objective. Amoindrie, votre force de négociation pourrait bien vous menez à une dilution maximale de vos ressources.

Les financements, ça se prépare !

→ La recette du succès : du réalisme et un soupçon de networking

T’as pitché ?

Une demande de financement se pitche et se prépare. Combien de créateurs d’entreprise se retrouvent encore mal préparés face à un auditoire et à des business angels, aux regards et aux sensibilités différents ? Le point commun de ces interlocuteurs est l’aversion pour le risque. Ne leur promettez pas la Lune en vous peignant comme le conquérant d’un nouveau marché. Privilégiez une attitude raisonnée, en montrant que vous arrivez sur un marché mature et facilement analysable
– dont il sera plus simple d'évaluer le potentiel.

Aller chercher un financement est une forme de vente – et c’est donc basé sur la confiance. Ne laissez pas votre « bonne idée » prendre le pas sur l'exécution. Votre démonstration doit avant tout s’axer sur votre valeur et votre capacité à mener le projet à bien. Positionnez-vous en dirigeant et en porteur de projet pour inspirer confiance.

Le conseil de Webmecanik pour bien progresser...

Ne fabriquez pas une licorne, ne vendez pas du rêve. Chez Webmecanik, nous avons dès le départ visé le statut d’une PME rentable. L’idée était de rester sur une dimension dont nous pouvions garder la maîtrise en termes de croissance.

Aujourd’hui, on estime qu’il faut atteindre 5 à 10 millions d’euros pour commencer à avoir une certaine pérennité dans notre secteur, ce qui correspond sur notre marché à un budget de R&D que l’on peut débloquer. Pour atteindre cette somme plus rapidement, on va mixer croissance organique et croissance externe.

Stéphane Couleaud
CEO

Le trio gagnant du financement !

Webmecanik a opté pour un triptyque qui lui a plutôt bien réussi :

Les Savoie Mont Blanc Angels

Au tout début du projet, en 2015, la société a recours aux business angels du réseau Savoie Mont Blanc. C’est alors le bon moment pour Webmecanik qui est, à ce stade, en capacité de faire des prévisions sur un marché déjà mature. L’avantage de cette solution ? Bien que ce réseau comprend beaucoup d’investisseurs, le dirigeant n’a qu’un seul interlocuteur face à lui. Cette personne l’aide à monter le dossier jusqu’au pitch puis, par la suite, à organiser les différents points avec les potentiels investisseurs et à communiquer avec les actionnaires. Un fonctionnement efficace qui, pour Webmecanik, s’est soldé par le recrutement de 29 investisseurs.

Le prêt sans garantie de Bpifrance

Le grand avantage de cette solution d’emprunt est que le dirigeant n’a pas à engager de garantie personnelle et qu’il lui est possible de rembourser ses différents prêts de manière différée. Le recours à cet emprunt « flexible » a permis à Webmecanik, alors en « phase de décollage », d’investir pour développer sa croissance. Certains emprunts peuvent se faire à taux 0. De cette manière, le calcul est facilité puisque le montant fourni par Bpifrance correspond au montant des capitaux propres.

Les prêts bancaires

Plus classiques, les prêts bancaires contractés auprès de banques traditionnelles sont venus compléter ces financements. C’est généralement la suite logique puisque le dossier, déjà traité en amont par Bpifrance ou pour les business angels, est prêt à être déposé. Pourquoi s’en priver ? D’autant plus que le prêt contracté est lui-même garanti par Bpifrance à hauteur de 50 %.

Un triptyque à
800 000 euros !

C’est ce triptyque qui a permis à Webmecanik d’obtenir un financement total de 800 000 € sur une levée de fonds initiale de 300 000 €, soit quasiment un triplement de ses fonds. En plus de cet effet de levier, la société souligne que sur l’ensemble du montant débloqué, la garantie personnelle du fondateur était très faible – de l’ordre de 5 % du montant total.

2 entreprises
d’Auvergne-Rhône-Alpes

 en pleine croissance

Comme le bus a révolutionné les transports en commun, MyBus, application mobile intelligente gratuite, a réinventé la manière de le prendre. Développée pour faciliter la vie des usagers tout en permettant aux agglomérations d’optimiser leur réseau, MyBus s’est imposée sur plusieurs centaines de villes en France et s’exporte aujourd’hui de l’autre côté de l’Atlantique.

PRISMO

Suivez la courbe de croissance d’une jeune pousse

Créé en 2017


10 salariés


Plus de 20 000 utilisateurs

Il était une fois le « Prisme »

→ Démarrer modestement, c’est possible !

Créée en 2017, la société PRISMO est entièrement financée par ses fondateurs, qui investissent alors tout ce qu’ils peuvent, sans réelle anticipation. Très vite, ils se trouvent confrontés à un premier problème : en tant qu’entreprise avec un faible capital de départ, PRISMO ne peut bénéficier des premières subventions French Tech, celles-ci étant indexées sur les fonds propres de l’entreprise.

Les 3 premiers trimestres de l’année 2018, PRISMO s’installe dans une pépinière d’entreprise à Annecy. Un tournant décisif puisque, par ce biais, l’entreprise se fait remarquer par le réseau Initiative Grand Annecy.

Après avoir été encouragés à déposer un dossier, les fondateurs de PRISMO obtiennent un prêt d’honneur qui leur permet de financer le prototypage de la solution. Et l’accompagnement ne s’arrête pas là : pendant 12 mois, ils vont bénéficier des conseils de « parrains » sur divers sujets essentiels (stratégie commerciale, corporate et financière, développement de produit, gestion RH, relations professionnelles…). Cet accompagnement leur permet de passer du stade de la « bonne idée » à celui de dirigeant d’entreprise.

La love money...

En août 2018, l’entreprise effectue sa levée de fonds de love money (fonds émanant de leur entourage) pour financer le lancement de l’appli web au grand public et le POC (proof of concept). Ils parviennent ainsi à constituer une holding de 18 personnes. Au-delà de l’aide financière réelle, cette action leur permet de pallier leur manque de fonds propres, tout en limitant les contraintes que peuvent représenter l’entrée au capital de gros actionnaires. Forts de ces nouveaux financements, les fondateurs peuvent passer à l’étape suivante : débloquer les subventions Bpifrance.

... puis les business angels !

Un an plus tard, après une période de prospection tous azimuts, PRISMO passe à la vitesse supérieure en levant 200 000 € en capital (notamment auprès du groupe Mare Nostrum) et 200 000 € en dette. Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : une nouvelle levée de fonds est prévue dans les 6 prochains mois. Pour ses fondateurs, l’enjeu est de trouver le moyen de garder une composante R&D forte afin de conserver sa valeur ajoutée. Autre enjeu de taille : développer les indicateurs qui permettront de doper la rentabilité.

Thomas Bonnefoy
Président et cofondateur

Je me suis fait accompagner par des dispositifs Bpifrance et de la région, grâce à qui j’ai pu avoir des 1:1 avec des chargés de mission financière. J’ai pu faire des crash test en pitch pour affiner le discours et le storytelling. J’avais du mal à vulgariser ce qu’on faisait et expliquer où on voulait aller.

De Charybde en Scylla

→ Des paliers parfois difficiles à franchir

La deuxième année s’apparente à une traversée du désert...

La deuxième année, qui correspond pour PRISMO à celle du prototypage et du POC, est pour eux une « traversée du désert ». Les fondateurs redoublent d’efforts pour de maigres résultats… Ça vous parle, peut-être ? Cette période ingrate est forte en espoirs et, malheureusement aussi, en déceptions.

« Vous croyez pouvoir sortir de l’eau la troisième année ? Une fois la traversée du désert accomplie, préparez-vous à la Vallée de la mort des startups », avertissent les fondateurs de PRISMO.

PRISMO est une startup et se distingue donc par son modèle de financement particulier.

Cette étape se dessine après la première augmentation de capital, qui correspond généralement à la réception des premières aides à la création ou à la première levée de fonds. Il s’agit d’une période tout aussi délicate : la société a trouvé son oasis et rêve d’eldorado, mais va-t-elle trouver les ressources pour réussir à satisfaire la demande ? C’est un moment crucial pour toute entreprise qui vient d’obtenir des fonds sur la promesse d’une rentabilité qu’elle n’a pas encore atteinte. Malheureusement, beaucoup de startups n’y parviennent jamais. Les causes sont souvent similaires : des fondateurs à la limite du burnout (ou déjà en burnout !), des indicateurs de départ trop ambitieux ou mal adaptés… Ce qui est généralement source de tension au sein de l’équipe – qui finit souvent par voler en éclat.

Le conseil de PRISMO pour passer à travers ces périodes difficiles...

Durant cette période délicate, il faut gérer le budget limité dont vous disposez d’une main de maître. En clair : dépensez vos fonds de manière stratégique afin de ne pas vous retrouver à court de cash avant d’avoir atteint votre seuil de rentabilité. C’est seulement en gardant la maîtrise de vos investissements que vous parviendrez à mobiliser les fonds nécessaires à l’accélération de votre croissance.

Le K Webmecanik

Un montage financier efficace

Pour Webmecanik, pas de doute : toute recherche de financement se prépare en amont. Devoir chercher des fonds quand on en a besoin urgemment est loin d’être la configuration idéale. Dans l’urgence, il est souvent plus difficile de prendre des décisions objective. Amoindrie, votre force de négociation pourrait bien vous menez à une dilution maximale de vos ressources.

Les financements, ça se prépare !

→ La recette du succès : du réalisme et un soupçon de networking

Créé en 2015


16 salariés


300 clients avec un CA qui dépasse le million


Un MRR (monthly recurring revenue) qui bondit de 41 % sur les deux premiers mois de l’année 2020

T’as pitché ?

Une demande de financement se pitche et se prépare. Combien de créateurs d’entreprise se retrouvent encore mal préparés face à un auditoire et à des business angels, aux regards et aux sensibilités différents ? Le point commun de ces interlocuteurs est l’aversion pour le risque. Ne leur promettez pas la Lune en vous peignant comme le conquérant d’un nouveau marché. Privilégiez une attitude raisonnée, en montrant que vous arrivez sur un marché mature et facilement analysable – dont il sera plus simple d'évaluer le potentiel.

Aller chercher un financement est une forme de vente – et c’est donc basé sur la confiance. Ne laissez pas votre « bonne idée » prendre le pas sur l'exécution. Votre démonstration doit avant tout s’axer sur votre valeur et votre capacité à mener le projet à bien. Positionnez-vous en dirigeant et en porteur de projet pour inspirer confiance.

Ce n’est pas un scoop : la confiance ne se crée pas en un jour, et donc certainement pas le jour de votre pitch. Commencez à construire votre réseau dès l’amont de votre projet d’entreprise. C’est en général plus simple de débuter dans sa région. Stéphane Couleaud est arrivé à Annecy en 2012. Ne connaissant personne, il rejoint des réunions de business angels où il discute avec des banquiers d’affaires découverts sur LinkedIn, des salariés de Bpifrance… 

En 6 mois, alors qu’il n’avait pas encore de projet défini, ces actions de networking lui ont grandement facilité la tâche lorsqu’il a eu besoin d’activer ce réseau, 3 ans plus tard.

Le conseil de Webmecanik pour bien progresser...

Ne fabriquez pas une licorne, ne vendez pas du rêve. Chez Webmecanik, nous avons dès le départ visé le statut d’une PME rentable. L’idée était de rester sur une dimension dont nous pouvions garder la maîtrise en termes de croissance.

Aujourd’hui, on estime qu’il faut atteindre 5 à 10 millions d’euros pour commencer à avoir une certaine pérennité dans notre secteur, ce qui correspond sur notre marché à un budget de R&D que l’on peut débloquer. Pour atteindre cette somme plus rapidement, on va mixer croissance organique et croissance externe.

Stéphane Couleaud
CEO

Le trio gagnant du financement !

Webmecanik a opté pour un triptyque qui lui a plutôt bien réussi :

Les Savoie Mont Blanc Angels

Au tout début du projet, en 2015, la société a recours aux business angels du réseau Savoie Mont Blanc. C’est alors le bon moment pour Webmecanik qui est, à ce stade, en capacité de faire des prévisions sur un marché déjà mature. L’avantage de cette solution ? Bien que ce réseau comprend beaucoup d’investisseurs, le dirigeant n’a qu’un seul interlocuteur face à lui. Cette personne l’aide à monter le dossier jusqu’au pitch puis, par la suite, à organiser les différents points avec les potentiels investisseurs et à communiquer avec les actionnaires. Un fonctionnement efficace qui, pour Webmecanik, s’est soldé par le recrutement de 29 investisseurs.

Le prêt sans garantie de Bpifrance

Le grand avantage de cette solution d’emprunt est que le dirigeant n’a pas à engager de garantie personnelle et qu’il lui est possible de rembourser ses différents prêts de manière différée. Le recours à cet emprunt « flexible » a permis à Webmecanik, alors en « phase de décollage », d’investir pour développer sa croissance. Certains emprunts peuvent se faire à taux 0. De cette manière, le calcul est facilité puisque le montant fourni par Bpifrance correspond au montant des capitaux propres.

Les prêts bancaires

Plus classiques, les prêts bancaires contractés auprès de banques traditionnelles sont venus compléter ces financements. C’est généralement la suite logique puisque le dossier, déjà traité en amont par Bpifrance ou pour les business angels, est prêt à être déposé. Pourquoi s’en priver ? D’autant plus que le prêt contracté est lui-même garanti par Bpifrance à hauteur de 50 %.

Un triptyque à
800 000 euros !

C’est ce triptyque qui a permis à Webmecanik d’obtenir un financement total de 800 000 € sur une levée de fonds initiale de 300 000 €, soit quasiment un triplement de ses fonds. En plus de cet effet de levier, la société souligne que sur l’ensemble du montant débloqué, la garantie personnelle du fondateur était très faible – de l’ordre de 5 % du montant total.

La croissance d’une entreprise peut être semée d'embûches, vous souhaitez les éviter ?

Découvrez la checklist
pour bien grandir ! >

Contactez-nous

Lorem ipsum dolor sit amet....
S'il vous plaît entrez votre nom
S'il vous plaît entrer une adresse e-mail correcte
Merci de saisir un commentaire
Je vous remercie! Votre commentaire a été envoyé!
Quelque chose a mal tourné tout en soumettant la forme. Réessayer.

Partagez le mag !

Ou suivez-nous sur nos socials

Bienvenue sur le mag Digital League !

Plein écran