Pour l’Oil & Gas s’internationaliser était une nécessité : la part du marché européen devenait quasiment nulle, il fallait absolument intervenir sur des projets à l’international. C’était aussi une nécessité de créer une filiale aux États-Unis, car beaucoup de projets s’y décident. En plus, le marché américain est incontournable dans ce domaine.

Didier Paen
Directeur innovation de Corys

Le contexte français est de plus en plus favorable à l’export du digital.

Une internationalisation simplifiée 

Ne doutez plus : vous avez les moyens de partir !

Imposez votre leadership

Premier arrivé, premier servi

  • Donnez une certaine envergure à l’entreprise : une image de structure dynamique et audacieuse pourra convaincre sur ce nouveau marché mais aussi en France.

  • Rassurez les actionnaires. Un nouveau marché à fort potentiel vous permettra également d’amortir vos investissements (notamment en R&D).

  • Attirez de nouveaux profils : l’internationalisation vous permettra d’attirer des talents à forte valeur ajoutée tout en permettant la montée en qualification des emplois. 

Cette internationalisation peut aussi être fondatrice : une véritable obligation en lien avec votre produit et ancré dans votre business model.

Suivez vos aspirations personnelles

Le chef d’entreprise reste moteur dans la décision et l’application ou non d’une stratégie d’internationalisation. Ses aspirations personnelles ne peuvent donc en aucun cas être négligées dans la prise de décision.

Qui m’aime me suive

Les fondateurs avaient un savoir-faire pour internationaliser des solutions vers les pays de langue arabe. C’est ainsi qu’ils ont été mis en contact avec Apple. L’un des fondateurs en a profité pour proposer un logiciel qui n’était normalement pas destiné à l’international.

Nous avons commencé à travailler pour Apple, puis Adobe et nous sommes peu à peu devenus des professionnels de l’internationalisation ! Une opportunité qui a su être saisie et nous a projetés vers une trajectoire tout à fait intéressante.

Damien Leretaille Managing director
de Vocaza

  • Écoutez vos envies : vous voulez vivre à l’étranger ? C’est aussi une raison d’exporter votre entreprise !

  • Remettez-vous en question : vous voulez entreprendre à nouveau ou réinterroger votre modèle économique ? Remettez votre business plan sur le métier et pensez « outside the box » ou plutôt, ici, « outside the country » !

41 %

des entreprises du numérique en Auvergne-Rhône-Alpes

considèrent le développement de l’activité à l’export comme un levier de croissance*. 

Nous nous sommes fait aider, principalement par les acteurs publics. Avec BPI et Business France, nous avons participé à beaucoup de missions de prospection. Nous n’avons pas hésité à partir en groupe pour découvrir un marché, voir ce qu’il s’y passe, échanger. Avec un cahier des charges très précis, ils nous ont permis des rencontres intéressantes en Grèce.

Philippe Gilbert
CEO et fondateur d’Alinto

Un jour... j’irai là-bas !
Les bonnes raisons de
s’internationaliser

S'internationaliser peut faire peur.
En prenant la décision de vous exporter, vous décidez de rebattre les cartes et de vous lancer dans une partie qui est loin d’être gagnée d’avance. Mais en y renonçant vous pourriez bien passer à côté de belles opportunités...

Il existe de nombreuses (et bonnes) raisons de se lancer dans l’aventure, pour votre entreprise, pour vos salariés et même pour vos actionnaires !

Il est temps de vous poser LA question :
pourquoi aller voir ailleurs ?

Optimisation des moyens de communication et nouvelles technologies.

Soutien du pouvoir public : création de fonds, accompagnement et formation, assurance export…

Soutien et projets régionaux portés par la Team France Export, Auvergne-Rhône-Alpes ou encore Digital League

Salons internationaux comme le Web Summit

Associations d’investisseurs :
France Digitale

Un réseau qui favorise le partage d’expérience… l’exemple du club business des FrenchFounders

Entre marché capricieux et concurrents agressifs, il peut être tentant de passer chez les voisins...

Augmentez votre chiffre d’affaires

L’herbe est parfois plus verte ailleurs

  • Quittez un marché national problématique :
    votre marché d’implantation n’est pas toujours à la hauteur de vos ambitions (saturé, stagnant, en déclin, etc.).
  • Profitez des possibilités d’un marché voisin :
    de nouvelles opportunités de développement peuvent se présenter sur un marché plus grand, plus mature et donc plus enclin à porter votre croissance.

Il n’est pas toujours simple d’être le chef de file de son secteur… Le produit peut être le bon, les équipes au top, mais c’est parfois le marché qui pèche. Pour devenir leader, allez voir ailleurs !

Trouvez de nouvelles sources d’inspiration à l’étranger : certains projets locaux pourraient compléter à merveille votre solution digitale.

Contournez vos concurrents : le plus simple pour être leader… reste encore
de ne pas avoir d’adversaire ! En initiant votre internationalisation, vous pouvez devancer vos concurrents et prendre une place de choix sur ce nouveau marché local. Sauf erreur stratégique, vous ne devriez pas rester seul très longtemps (certes) mais ne sous-estimez pas l’avantage d’être un pionnier.

Changez de marché : votre produit compte déjà de nombreux concurrents, il n’en reste cependant pas moins novateur sur d’autres marchés sur lesquels vous pourrez vous développer plus facilement.

Gagnez en visibilité et légitimité

Sage comme son image

Actionnaires, collaborateurs, talents… que ce soit pour les attirer ou les retenir l’internationalisation a sa carte à jouer.

Aujourd’hui ça nous sert d’un point de vue commercial d’être international. On travaille avec beaucoup de multinationales et le fait d’avoir des filiales à Hong Kong ou en Australie, ça aide à convaincre le client que nous sommes sérieux. Ça les rassure de savoir que l’on peut les accompagner dans n’importe quelle partie du monde.

Jean-Michel Bérard
Président directeur d’Esker

Répondez à cette opportunité

Quand il faut y aller, il faut y aller...

Parfois, on n’imagine pas quitter son home sweet home... Et pourtant l’internationalisation s’impose d’elle même comme une opportunité (provoquée ou non) que l’on ne peut tout simplement pas ignorer.

Parmi les entreprises du numérique de la région exportant leur solution à l’étranger, 62 % sont des éditeurs de logiciel et service SaaS.

Accédez à un marché moins réglementé, laissant plus de liberté à votre solution.

Profitez des avantages de votre produit. Certaines offres standardisées peuvent passer les frontières plus facilement. À ce jeu, les éditeurs de logiciels ont un avantage sur les ESN.

Franchissez les portes qu’on vous ouvre ! Un partenaire ou client se lance à l’international : profitez de cette chance pour vous aller vers de nouveaux marchés.

Tirez parti d’une connexion à un réseau local (salon, club business, réseaux sociaux…), qui représente souvent de nombreuses opportunités business.

Palliez l’inadaptation du marché français : si votre modèle n’a pas de sens en France parce qu’il est porté par un produit qui ne répond pas à une demande nationale, il faut tenter votre chance en dehors des frontières !

Adaptez-vous

On fait ce qu’on peut avec ce que l’on a

J’estime que l’aventure américaine nous à coûté aux alentours de 50 000 euros... De l’autre côté, ce fut une réelle expérience entrepreneuriale, cela nous a permis de mieux comprendre l’approche marché. Les Américains ont une avance de 5 ans dans le domaine de la tech. Lorsque l’on met les 2 en parallèle, le ROI y était.

Timothée Saumet
Cofondateur et CTO de Tilkee

Mais en pensant toujours à son entreprise ! Que votre projet d’internationalisation soit structuré noir sur blanc dans votre business plan ou le résultat d’une opportunité que vous ne pouviez que saisir, vous ne devrez en aucun cas perdre de vue votre objectif premier : le développement de votre structure. Trouvez l’adéquation entre vos aspirations, la réalité du marché et la capacité de votre entreprise à se développer à l’international.

Pour réussir, il est parfois nécessaire de faire preuve d’audace...

Toujours décidé à tenter l’aventure ?

La question n’est donc plus de savoir s’il faut partir mais comment !

41 %

des entreprises du numérique en Auvergne-Rhône-Alpes

considèrent le développement de l’activité à l’export comme un levier de croissance*. 

Un jour... j’irai là-bas !
Les bonnes raisons de
s’internationaliser

S'internationaliser peut faire peur.
En prenant la décision de vous exporter, vous décidez de rebattre les cartes et de vous lancer dans une partie qui est loin d’être gagnée d’avance. Mais en y renonçant vous pourriez bien passer à côté de belles opportunités...

Il existe de nombreuses (et bonnes) raisons de se lancer dans l’aventure, pour votre entreprise, pour vos salariés et même pour vos actionnaires !

Il est temps de vous poser LA question :
pourquoi aller voir ailleurs ?

Le contexte français est de plus en plus favorable à l’export du digital.

Une internationalisation simplifiée 

Ne doutez plus : vous avez les moyens de partir !

Optimisation des moyens de communication et nouvelles technologies.

Soutien du pouvoir public : création de fonds, accompagnement et formation, assurance export…

Soutien et projets régionaux portés par la Team France Export, Auvergne-Rhône-Alpes ou encore Digital League

Salons internationaux comme le Web Summit

Associations d’investisseurs :
France Digitale

Un réseau qui favorise le partage d’expérience… l’exemple du club business des FrenchFounders

Nous nous sommes fait aider, principalement par les acteurs publics. Avec BPI et Business France, nous avons participé à beaucoup de missions de prospection. Nous n’avons pas hésité à partir en groupe pour découvrir un marché, voir ce qu’il s’y passe, échanger. Avec un cahier des charges très précis, ils nous ont permis des rencontres intéressantes en Grèce.

Philippe Gilbert
CEO et fondateur d’Alinto

Entre marché capricieux et concurrents agressifs, il peut être tentant de passer chez les voisins...

Augmentez votre chiffre d’affaires

L’herbe est parfois plus verte ailleurs

  • Quittez un marché national problématique :
    votre marché d’implantation n’est pas toujours à la hauteur de vos ambitions (saturé, stagnant, en déclin, etc.).
  • Profitez des possibilités d’un marché voisin :
    de nouvelles opportunités de développement peuvent se présenter sur un marché plus grand, plus mature et donc plus enclin à porter votre croissance.

Pour l’Oil & Gas s’internationaliser était une nécessité : la part du marché européen devenait quasiment nulle, il fallait absolument intervenir sur des projets à l’international. C’était aussi une nécessité de créer une filiale aux États-Unis, car beaucoup de projets s’y décident. En plus, le marché américain est incontournable dans ce domaine.

Didier Paen
Directeur innovation de Corys

Imposez votre leadership

Premier arrivé, premier servi

Il n’est pas toujours simple d’être le chef de file de son secteur… Le produit peut être le bon, les équipes au top, mais c’est parfois le marché qui pèche. Pour devenir leader, allez voir ailleurs !

Trouvez de nouvelles sources d’inspiration à l’étranger : certains projets locaux pourraient compléter à merveille votre solution digitale.

Contournez vos concurrents : le plus simple pour être leader… reste encore
de ne pas avoir d’adversaire ! En initiant votre internationalisation, vous pouvez devancer vos concurrents et prendre une place de choix sur ce nouveau marché local. Sauf erreur stratégique, vous ne devriez pas rester seul très longtemps (certes) mais ne sous-estimez pas l’avantage d’être un pionnier.

Changez de marché : votre produit compte déjà de nombreux concurrents, il n’en reste cependant pas moins novateur sur d’autres marchés sur lesquels vous pourrez vous développer plus facilement.

Gagnez en visibilité et légitimité

Sage comme son image

Actionnaires, collaborateurs, talents… que ce soit pour les attirer ou les retenir l’internationalisation a sa carte à jouer.

  • Donnez une certaine envergure à l’entreprise : une image de structure dynamique et audacieuse pourra convaincre sur ce nouveau marché mais aussi en France.

  • Rassurez les actionnaires. Un nouveau marché à fort potentiel vous permettra également d’amortir vos investissements (notamment en R&D).

  • Attirez de nouveaux profils : l’internationalisation vous permettra d’attirer des talents à forte valeur ajoutée tout en permettant la montée en qualification des emplois. 

Aujourd’hui ça nous sert d’un point de vue commercial d’être international. On travaille avec beaucoup de multinationales et le fait d’avoir des filiales à Hong Kong ou en Australie, ça aide à convaincre le client que nous sommes sérieux. Ça les rassure de savoir que l’on peut les accompagner dans n’importe quelle partie du monde.

Jean-Michel Bérard
Président directeur d’Esker

Répondez à cette opportunité

Quand il faut y aller, il faut y aller...

Parfois, on n’imagine pas quitter son home sweet home... Et pourtant l’internationalisation s’impose d’elle même comme une opportunité (provoquée ou non) que l’on ne peut tout simplement pas ignorer.

Parmi les entreprises du numérique de la région exportant leur solution à l’étranger, 62 % sont des éditeurs de logiciel et service SaaS.

Accédez à un marché moins réglementé, laissant plus de liberté à votre solution.

Profitez des avantages de votre produit. Certaines offres standardisées peuvent passer les frontières plus facilement. À ce jeu, les éditeurs de logiciels ont un avantage sur les ESN.

Franchissez les portes qu’on vous ouvre ! Un partenaire ou client se lance à l’international : profitez de cette chance pour vous aller vers de nouveaux marchés.

Tirez parti d’une connexion à un réseau local (salon, club business, réseaux sociaux…), qui représente souvent de nombreuses opportunités business.

Les fondateurs avaient un savoir-faire pour internationaliser des solutions vers les pays de langue arabe. C’est ainsi qu’ils ont été mis en contact avec Apple. L’un des fondateurs en a profité pour proposer un logiciel qui n’était normalement pas destiné à l’international.

Nous avons commencé à travailler pour Apple, puis Adobe et nous sommes peu à peu devenus des professionnels de l’internationalisation ! Une opportunité qui a su être saisie et nous a projetés vers une trajectoire tout à fait intéressante.

Damien Leretaille Managing director
de Vocaza

Adaptez-vous

On fait ce qu’on peut avec ce que l’on a

Palliez l’inadaptation du marché français : si votre modèle n’a pas de sens en France parce qu’il est porté par un produit qui ne répond pas à une demande nationale, il faut tenter votre chance en dehors des frontières !

  • Écoutez vos envies : vous voulez vivre à l’étranger ? C’est aussi une raison d’exporter votre entreprise !

  • Remettez-vous en question : vous voulez entreprendre à nouveau ou réinterroger votre modèle économique ? Remettez votre business plan sur le métier et pensez « outside the box » ou plutôt, ici, « outside the country » !

J’estime que l’aventure américaine nous à coûté aux alentours de 50 000 euros... De l’autre côté, ce fut une réelle expérience entrepreneuriale, cela nous a permis de mieux comprendre l’approche marché. Les Américains ont une avance de 5 ans dans le domaine de la tech. Lorsque l’on met les 2 en parallèle, le ROI y était.

Timothée Saumet
Cofondateur et CTO de Tilkee

Mais en pensant toujours à son entreprise ! Que votre projet d’internationalisation soit structuré noir sur blanc dans votre business plan ou le résultat d’une opportunité que vous ne pouviez que saisir, vous ne devrez en aucun cas perdre de vue votre objectif premier : le développement de votre structure. Trouvez l’adéquation entre vos aspirations, la réalité du marché et la capacité de votre entreprise à se développer à l’international.

Pour réussir, il est parfois nécessaire de faire preuve d’audace...

Toujours décidé à tenter l’aventure ?

La question n’est donc plus de savoir s’il faut partir mais comment !

Contactez-nous

Lorem ipsum dolor sit amet....
S'il vous plaît entrez votre nom
S'il vous plaît entrer une adresse e-mail correcte
Merci de saisir un commentaire
Je vous remercie! Votre commentaire a été envoyé!
Quelque chose a mal tourné tout en soumettant la forme. Réessayer.

Partagez le mag !

Ou suivez-nous sur nos socials

Bienvenue sur le mag Digital League !

Plein écran